La Vénus de Paris est un manifeste, un témoignage de notre temps, une reconnaissance et une affirmation.
La sculpture en bronze incarne les beautés familières de Paris. La dorure à la feuille d’or exprime la valeur de leur diversité.
Le socle monolithe en acier inoxydable sur lequel elle se pose est une expression sociologique de l’évolution de Paris.
L’ensemble mesure 2 mètres de haut – date de création : 2019

Paris, écrin d’une vénus universelle

La Vénus reprend le principe des codes vestimentaires de ses sœurs antiques et de leur drapé.
Les modes ont changé. Aujourd’hui le pantalon a fait son apparition dans la tenue des femmes. Le fait est récent et remarquable.

Il est le résultat d’une émancipation toujours à l’œuvre et se devait de figurer dans la longue histoire des représentations sculpturales féminines. Le pantalon de la Vénus moulant ses formes, et son corsage ondulant d’un mouvement aérien, font transparaître toute la sensualité de son corps.

Les traits doux et réguliers de son visage révèlent des origines africaines.

Elle se pose. Légère, elle exprime une grâce naturelle.

Le monolithe continue l’ancrage culturel de la Vénus de l’antiquité gréco-romaine vers l’ancrage sociologique de l’histoire de Paris et de ses fondements.

Paris est le résultat de multiples mouvements de personnes à travers les siècles.
Des populations se sont succédé, visibles et différenciées dans un premier temps et s’unifiant au fur et à mesure des générations.

Le monolithe en est la représentation artistique.

Les strates, apparentes et séparées sur les couches supérieures, sédimentent et se confondent en remontant dans le temps, à l’image d’un carottage scientifique.

La Vénus et le monolithe fusionnent en une rencontre aérienne qui semble l’expression de l’instant.
L’ensemble est la combinaison du passé, du présent et de l’avenir.

REALISATION

PRESENTATION


Ce projet est né d’une création à l’instinct d’une petite figurine entre les mains d’Alice Elsner.
Cette artiste consacre l’entièreté de son temps disponible à des recherches artistiques.
C’est dans le cadre d’une de ses quêtes personnelles et silencieuses qu’elle l’a développé.


Le nom de la Vénus de Paris et la posture en mouvement se sont imposés dès le premier jour.
Son identité s’est révélée au fur et à mesure du travail.
Le socle est issu du travail de son fils Félix Elsner, avec qui elle collabore régulièrement.

ETAT DU PROJET – MAI 2019

Après plus de trois années d’élaboration, de recherches, de modelages, de moulages, de repentirs et de finitions,


La sculpture est passée entre les mains expertes de maitres artisans de Paris et de sa région. Réalisée en bronze, elle a été dorée à la feuille d’or dans les ateliers Gohard.

Le monolithe est composé de 240 plaques en acier inoxydable. Les plaques intérieures ont été traitées en poli-miroir afin d’offrir à la lumière des opportunités de reflets inattendus.

la Vénus de Paris peut désormais être présentée au public.

 

RECHERCHES DE PARTENAIRES

EXPOSITIONS PUBLIQUES

La destination de la Vénus de Paris est d’être présentée, exposée dans des lieux ouverts à un large public, des lieux qui font échos aux différentes idées qu’elle porte.

Sa charge symbolique ne trouvera son expression que dans le regard de ses visiteurs.

VENUS XL

La Vénus a été imaginée, sculptée pour être un jour réalisée en taille monumentale.
Une dimension plus sculpturale lui permettra d’exprimer toute sa puissance et au public d’en ressentir toute l’émotion.

VENUS S

Une version réduite, par l’utilisation des hautes technologies des impressions 3D est en cours de réalisation.
En étant proposés à la vente, ces modèles participeront au financement des multiples axes de développement de la Vénus de Paris

SOUTENIR LE PROJET

Vous souhaitez aider, participer, soutenir le projet de la Vénus de Paris, pour un lieu, pour la taille xl
et/ou
vous seriez intéressé pour une commande d’une vénus taille S
envoyez un mail à :
contact(at)lavenusdeparis.fr


Remerciements pour la réalisation de la Vénus de Paris n°I
Franck Depoisier et Mecatwin, Strate Ecole de design, la Fonderie d’Art Avangini, Alain Haddad, Les ateliers Gohard, Cognac Laser, Catherine Lenglet, Sarah Touitou, Richard Soares et Julie Léone, Digital Packaging, Ronan David, Marie Lou Elsner et son équipe, François Houlette, Jérémie Gautier, Vanessa Laboisne, Sipe Argenteuil